Bienvenus carpistes
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2010

Ombre
1 novembre, 2010, 10:54
Classé dans : POPULATION des rivieres

Ombre

Ombre

Méfiant et sensible, l’ombre se mérite

Nom scientifique : Thymallus thymallus
Famille :
Thymallidés
Autres noms :
Ombre commun – Anglais : Grayling
Poids maximum :
2 Kg (0,5 à 1kg)
Taille maximale :
50 cm (moy. 30 à 40 cm)
Durée de vie :
6 ans
Période de frai :
Mars à Juin
Ponte : 3 000 à 6 000 ovocytes par kg de femelle

Espèce menacée


L’Ombre a un corps assez allongé avec un dos trapu dont la teinte varie du gris-verdâtre au gris-bleuté. Ses flancs présentent des reflets argentés et dorés avec quelques points noirs. La répartition des points constitue une méthode d’identification individuelle des Ombres vivants dans un cours d’eau. La nageoire dorsale est de couleur rouge, haute et longue. Sa bouche est petite et garnie de petites dents.L’oeil de l’Ombre présente la particularité d’être étiré en pointe vers l’avant.

 Implantation


Plusieurs études démontrent des populations bien différenciées et une variabilité génétique de celles-ci. Ce phénomène donne à l’espèce des facultés d’adaptation remarquable dans des habitats variés. Ces populations spécifiques sont le résultat de longues périodes d’isolements géographiques.
L’aire de répartition de l’Ombre couvre l’Europe centrale et sptentrionale,de la France à la Grande-Bretagne, dela Laponie jusqu’en Yougoslavie (ex). L’Ombre est sans doute originaire du bassin du Danube dés le Miocène. En Scandinavie sa présence remonterait à la fin de la dernière glaciation. Les canaux de navigation sont sans doute à l’origine de son extention vers l’ouest (Seine et Loire) au XVIIIe Siècle. L’Ombre est autochtone en France. Il a été introduit avec succès en Haute-Seine, dans la Loire, la Dordogne et l’Adour.

 Mode de vie


Ce poisson fréquente les rivières aux eaux pures, fraiches (12 à 16°C) et bien oxygénées. Il y recherche des fonds composés de graviers, de sables ou de galets. L’Ombre est aussi présent en montagne jusqu’à 1 500 m d’altitude, dans des eaux courantes. L’Ombre vit en bancs de même classe d’âge. Il se nourrit de mollusques et de crustacés. Il ne dédaigne pas les larves d’insectes et les insectes qui lui tombe du ciel. En lac (Léman), il s’adapte en se nourrissant aussi de planctons et de petits poissons.
La maturité sexuelle de l’Ombre intervient vers 2, 3 ou même 4 ans. La ponte intervient au printemps dans une eau à environ 10°C. Le choix de la frayère par les géniteurs dépend tout à la fois de sa profondeur, de la nature du fond et de la circulation des eaux autours des embryons qui s’y trouveront bientôt. Les mâles montent la garde sur la frayère 2 semaines environ, tandis que la femelle n’y séjourne que 24 heures tout au plus jusqu’au moment de la ponte.
Sa croissance serait en france telle que : 10,5 cm à 1 an – 21 cm à 2 ans 28 cm à 3 ans alors que dans le même temps son poids passera de 12 g à 238 g
De nos jours, l’Ombre est l’objet de mesures de protection. En effet la poluution, et l’aménagement des cours d’eau, mais aussi les actions de pêche ont contribués à une certaine restriction de son aire. . Les femelles déposent leurs oeufs en plusieurs fois. L’incubation durera environ 20 jours dans une eau à 10°C 

 Pêche


Pour le pêcher, asticots et vers donnent de bons résultats mais les puristes préfèreront sans doute le pêcher à la mouche. Une canne de 3m, d’action intermédiaire est idéale. La ligne à utiliser doit être flottante et le bas de ligne de type Long Backing avec un hameçon n° 12.
Si asticots et vers sont appréciés, la crevette attire aussi l’ombre.



La truite
1 novembre, 2010, 10:47
Classé dans : POPULATION des rivieres

Salmo

La truite

Salmo

Salmoniformes – Salmonidés

La famille des salmonidés regroupe des poissons osseux des eaux fraîches, à deux nageoires dorsales, dont la seconde est adipeuse.

Exemples : le saumon, l’ombre et la truite.

Truite (du bas latin tructa) est le nom courant donné à de nombreuses espèces de poissons appartenant à la famille du saumon.

Les truites « vraies » constituent le genre Salmo.

Les truites sont très appréciées pour la pêche et la consommation alimentaire…

                                                            Les espèces de truite

L’espèce la plus courante de truites est la truite d’Europe Salmo trutta Linné, 1758. Elle est reconnaissable à sa grande bouche, son dos violet, ses marbrures sombres et ses petites taches latérales rouges ; la coloration générale étant gris foncé ou vert.

On en connaît de nombreuses sous-espèces. En Europe, ce sont, par exemple :

  • S. trutta trutta, la truite de mer

  • S. trutta fario, la truite de rivière = truite brune.

  • La truite de rivière est un poisson dont la taille et le poids sont totalement dépendants de la qualité des eaux et de leur richesse en éléments nutritifs. Longue de 25 à 40 cm (exceptionnellement 70), elle se reconnaît à :

    • son corps élancé adapté à une nage rapide,

    • sa nageoire dorsale insérée à égale distance de la tête et de la queue et située à l’avant d’une petite nageoire adipeuse,

    • ses longues nageoires pectorales (1/7 de la longueur du corps)

    • sa large nageoire caudale droite ou très légèrement échancrée,

    • sa tête massive et bien profilée qui se termine par un museau pointu et une bouche largement fendue, armée de nombreuses petites dents acérées, implantées sur les mâchoires, les os de la bouche et la langue.

    Le mâle se reconnaît à ses mâchoires plus conséquentes et à ses dents fortes et crochues, recourbées vers l’arrière.

    La truite a des couleurs variables selon selon les cours d’eau voire même à l’intérieur d’un même cours d’eau :

    • généralement un dos sombre, brun-foncé à gris-verdâtre, des flancs aux teintes dégradées constellés de points noirs et rouges légèrement circonscrits de rose ou de bleu (ces taches distinctives apparaissent aussi sur les opercules et la nageoire adipeuse mais pas sur la caudale),

    • très sombre sous les roches ou dans les cours d’eau ombragés,

    • argentée sur les gravières et dans les cours d’eau ensoleillés.

    La truite doit ce mimétisme à la contraction ou à la dilatation de ses cellules pigmentées.

  • Il en existe en fait 4 formes en France :

    • La truite Atlantique, claire avec peu de taches :

      • La forme ancestrale vit dans les cours d’eau du Pays Basque et de Bretagne,

      • La forme moderne (à laquelle se rattachent les souches de pisciculture) vit dans presque toutes les rivières de la côte Atlantique française.

    • La truite basque, a de très larges taches noires ou brunes et peu ou pas de taches rouges.

    • La truite méditerranéenne, qui vit dans les cours d’eau de la côte méditerranéenne, a une multitude de taches noires.

    • La truite corse a un petit nombre de grosses taches sur un fond gris. On pense que c’est la forme la plus ancienne.

    • La plus importante des truites est la truite arc-en-ciel Oncorhynchus mykiss, originaire des lacs et des cours d’eau américains. Elle est largement répandue dans le monde entier. La truite arc-en-ciel est une prise hautement appréciée des pêcheurs, car elle se débat pour se libérer, en faisant de grands bonds hors de l’eau.

      La « tête d’acier », la forme anadrome de la truite arc-en-ciel, est également une prise appréciée.

       

      Le régime alimentaire de la truite

        

      La truite de rivière est un poisson carnivore, très vorace, qui chasse aussi bien le jour que la nuit avec une préférence pour le jour et le crépuscule en été, et pour la nuit au début de l’hiver.

      Elle se nourrit indifféremment

      • de petits invertébrés (crustacés, mollusques, larves d’insectes aquatiques ou aériens),

      • de petits poissons (vairons, goujons, loches, chabots, alevins de perches),

      • parfois de jeunes congénères ou de petites grenouilles…

      La composition de sa nourriture varie en fonction de la saison et de sa taille.

      • En rivière comme en lac, les truites consomment de plus en plus de poissons quand elles vieillissent.

      • En hiver – après une activité intense pour préparer la période de reproduction – elle ralentit son alimentation (elle peut même cesser de manger) et ne reprend son activité maximale qu’au printemps. Le rythme et le taux d’alimentation sont orchestrés essentiellement par la température et la lumière.

      La truite en quête de nourriture a un comportement caractéristique : elle se place à l’affût, proche d’un obstacle en adoptant une nage stationnaire dans une veine d’eau susceptible de lui apporter un maximum de nourriture. Elle regarde venir sa proie, la laisse passer puis se retourne pour la poursuivre et finalement s’en saisir. Elle sélectionne ses proies suivant des critères visuels, olfactifs ou gustatifs.

    • Si la truite se trouve dans toutes les régions de France (zones grises sur la carte d’Europe ci-dessus) – aussi bien en plaine qu’en montagne – elle ne peut vivre

      • qu’à des températures inférieures à 18°

      • que dans des eaux relativement pures et bien oxygénées.

      En Europe, à l’origine, on trouvait la truite de rivière dans tous les cours d’eau froids et propres, bien aérés dans leurs cours moyen et supérieur, ayant des pentes comprises entre très fortes et douces, et des températures ne dépassant jamais longtemps 20 à 22 °C en été. Les facteurs déterminants qui caractérisent l’habitat de la truite de rivière sont :

      • le courant

      • la morphologie du lit

      • la lumière

      • les facteurs physico-chimiques : dioxygène dissous dans l’eau, température, pH (degré d’acidité de l’eau)

      • les végétaux dans la rivière et sur la rive.

      La truite de rivière, plutôt solitaire, a deux types d’endroits privilégiés :

      • Un poste de repos = de sécurité partagé avec d’autres poissons. A l’abri des pierres ou dans la berge, ce poste permet à ce poisson sauvage de se dissimuler et d’attendre la fin du danger.

      • Un poste de chasse défendu âprement, dont la qualité est proportionnelle à la taille de l’animal. Si la truite vient à mourir, le poste de chasse est immédiatement pris par une congénère en attente de son tour.

      • La truite, un poisson menacé

          

        L’espèce semble menacée actuellement aux niveaux de l’abondance et de la variabilité génétique.

        • La baisse d’abondance provient d’une dégradation des biotopes de reproduction et de croissance des alevins en liaison avec les activités humaines présentes sur les bassins versants (érosion et colmatage).

          (on appelle bassin versant = bassin hydrographique. l’ensemble des reliefs inclinés vers un même cours d’eau qui collecte les eaux de ruissellement qui, à son tour, se jette dans un autre et ainsi de suite.)

          Par exemple, les barrages retiennent les graviers nécessaires aux renouvellements des sites de reproduction de la truite. 

        • L’accroissement des déversements de juvéniles d’élevage de forme atlantique moderne risque de faire disparaître les souches locales.

          Les barrages empêchent les migrations des truites : 

          • La truite lacustre est considérée comme une espèce fortement menacée au niveau suisse. Elle se reproduit dans les rivières, les jeunes y séjournent de 1 à 3 ans, avant de migrer dans le lac pour y grandir fortement. Les adultes quittent le lac une fois la maturité sexuelle atteinte et migrent à nouveau, de mi-novembre à mi-février, dans les rivières pour se reproduire. Ces migrations sont aujourd’hui compromises à cause des nombreux obstacles construits dans les rivières : barrages hydroélectriques, seuils pour prises d’eau, etc. La dégradation de la qualité de l’eau et du substrat de nombreux affluents compromet gravement les chances de réussite de la reproduction naturelle. Diverses études ont démontré que les truites revenaient régulièrement dans la même rivière, probablement dans celle où elles sont nées. La reproduction naturelle de la truite lacustre n’a cependant un succès relatif que dans un très petit nombre d’affluents.

          • La truite de mer est considérée comme vulnérable en raison des obstacles à sa migration empêchant l’accès aux zones de reproduction.

        • La pollution peut avoir de graves répercutions… Exemple dans une rivière Suisse, la Petite Sarine.

        • Le frai naturel de la truite est présent dans la Petite-Sarine. Lors de la saison d’étude 1998-1999, l’association qui étudie les frayères de cette rivière a observé une diminution de 46 % de la surface totale des frayères par rapport à la saison 1997-1998.

          Pourquoi 46 % de réduction ?

          Le 31 juillet 1998, une grave pollution est survenue au lieu dit Pont de la Tuffière. Cette pollution est survenue au km 7 et a eu des répercutions immédiates sur 2 km en aval et, selon l’indication du garde-pêche présent lors de cette pollution, environ 400 kg de poissons, dont 338 truites sont mortes et ont été repêchées (Le garde-pêche estime à environ 170 poissons le nombre qui n’ont pas pu être repêchées).

          Les 3/4 de ces truites était des géniteurs (> 35cm). La perte de ceux-ci a eu des conséquences sur le frai des truites pendant de la saison 1998-1999. En effet, la diminution de la surface des frayères en 1998-1999 se situe principalement entre les km 6 et 9, soit 2 km en amont et 2 km en aval de l’origine de la pollution, soit une diminution sur ce tronçon de 64% par rapport à la saison 1997-1998.

          Le 6 avril 1999, après de nombreuses investigations l’auteur probable de cette pollution a été découvert…

          Des mesures de protection particulières de la population piscicole ont été proposées au Service cantonal de la Pêche, par exemple sur la taille de capture des poissons + un assainissement afin d’éviter de futures pollutions.

        • La truite, un poisson protégé

            

          La truite, sous toutes ses formes, est susceptible de bénéficier de mesures de protections prises dans le cadre d’un arrêté de biotope (arrêté du 8/12/88). La forme ancestrale corse figure aussi dans l’annexe II de la Directive Habitats-faune-flore et est considérée comme en danger d’extinction. Afin de protéger l’espèce, des mesures ont été prises visant notamment :

          • la taille minimale légale de pêche (entre 20 et 25 cm, 18 en Corse),

          • le nombre de prises par jour (de 6 à 10, selon les départements),

          • les dates d’ouverture (entre mars et septembre).

          Outre cette réglementation, il existe

          1. des mesures de protection concernant la surveillance de la qualité des eaux et la réhabilitation des habitats et des frayères. Cette gestion des populations de truite des cours d’eau français se fait sous le contrôle du Conseil Supérieur de la Pêche (CSP).

          2. des programme de repeuplement.

          C’est pour pallier au manque de réussite de la reproduction naturelle que les autorités suisses et françaises ont mis sur pied de vastes programmes de repeuplement. Ces programmes sont basés sur des mises à l’eau de jeunes individus élevés en pisciculture à partir d’oeufs prélevés sur des géniteurs sauvages capturés lors de leur migration hivernale. Malheureusement, en raison de la dégradation des affluents, ces mises à l’eau ne rencontrent qu’un succès mitigé à de nombreux endroits. Une renaturation de l’habitat est donc nécessaire pour favoriser la reproduction naturelle de l’espèce et augmenter l’efficacité du repeuplement.

          L’association Truite-Léman mène par exemple un travail de revitalisation sur le Boiron de Morges, en Suisse. La rivière présente cinq obstacles infranchissables à la migration des truites sur l’ensemble de son cours d’eau. La première de ces barrières se situait à quelques 500 mètres seulement de l’embouchure, empêchant toute migration des géniteurs en automne. Grâce au concours de nombreux partenaires, l’ouvrage a été complètement remanié au printemps 1997. Le principe du réaménagement a été de créer un ensemble de 5 chutes d’une hauteur maximale de 40 cm en aval de la chute existante, afin de permettre aux poissons de passer sous le pont et d’atteindre les sites favorables situés en amont.

        •  



Truite Fario
1 novembre, 2010, 10:35
Classé dans : POPULATION des rivieres

Truite Fario

Truite Fario

La truite Fario , aime la fraîcheur

Nom scientifique : Salmo trutta fario
Famille :
Salmonidés
Autres noms :
Fario, Belle mouchetée, Sauvage – Anglais : Brown trout
Poids maximum :
300 à 500 g (jusqu’à 10 kg)
Longueur maximale :
20-50 cm (jusqu’à 1m)
Durée de vie :
4 à 6 ans (jusqu’à 10 ans en lac)
Période de frai :
Novembre à Janvier
Ponte : 2 000 à 4 000 ovocytes par kg

Taille légale capture
Attention car la taille légale de capture diffère d’un département à l’autre.
(Voir la carte) 


La morphologie de la truite de rivière dite « Fario » ne présente pas de différences notables avec la truite de mer. Les caractéristiques communes aux différentes truite sont d’avoir un corps fusiforme et élancé,, un tête assez grosse avec une bouche bien fendue, de petites dents sur les machoirs la voute et la langue. Elles ont en plus en commun d’avoir une nageoire de petite taille et adipeuse entre la dorsale et la caudale et enfin une peau lisse même si elle est belle et bien recouverte de petites écailles. Le tube digestif de la truite est court. Elle a par contre un estomac développé parfaitement conforme à son alimentation. Les sensibilités olfactive et gustative de la truite sont particulièrement développées. Les couleurs de la truite de rivière sont variables et ce en fonction de son habitat. Le dos est foncé avec des nuance de noir, gris bleu-vert ou brun-vert plus ou moins sombre. Les flancs de cette truite sont brun-jaunes tachetés de point noirs et souvent de points rouges. Son ventre est plutot blanc, voir parfois jaunâtre. En fonction de son environnement les cellules pigmentaires influent sur la couleur de sa robe. Il y a là une faculté de camouflage. Ceci étant, la génétique garde une influence non négligeable sur les variantes de couleurs et permet même de différencier les populations natives ou introduites, voir même de repérer leurs hybrides.
 

 Implantation


La truite de rivière est originaire de l’émisphère nord de l’Europe. et son extention fut possible aprés la dernière époque glaciaire. Ainsi son aire de répartition couvre l’Europe septentrionale, centrale et occidentale. Il existe une forte diversité génétique dans cette espèce ceci au point de trouver plusieurs sous-espèces en divers régions. Suite à de trés nombreuse introductions, la Fario est implantée dans bon nombres de pays sur tous les continents.

 Mode de vie


Cette truite bien que considérée sédentaire contrairement à la truite de mer, ne l’empêche pas d’effectuer d’importants déplacements (5 à 20 km) dans le réseau hydrologique. Elle est une poisson d’eaux vives et demande une importante quantité d’oxygène. Ainsi une eau claire, peu ou pas chargée en particules aura sa préférence. C’est donc logiquement qu’on la trouve à une certaine altitude, dans les rivières et les torrents mais aussi dans les lacs. A ses préférences d’habitat, on notera que la nature des fonds est tout aussi important.
La truite de rivière en fonction de sa taille possède un territoire plus ou moins vaste. Il comprend aussi bien une zone de repos qu’une zone de chasse que la truite n’accepte pas de partager avec ses congénères. Ce comportement est flexible en fonction de la hiérarchie sociale qui s’applique dans le monde de la truite. On peut ainsi constater certains regroupements pour l’hiver lorsque les températures baissent.
D’octobre à décembre, la migration pour la recherche de frayères s’effectue principalement la nuit. L’amplitude de ces déplacements peut être important de même que le retour d’un géniteur vers s zone de chasse peut être rapide. La truite de rivière est un poisson carnivore. Elle consomme aussi bien des invertébrés que des insectes aussi bien aquatiques qu’aériens. Au dessus d’une taille de 30 cm, elle consomme principalement de petits poissons comme les Vairons, les Chabots ou les alevins de Perches. Se régime la conduit parfois a des actes de cannibalisme.
Pour la capture de ses proies, la truite adopte trés souvent la technique de la nage stationnaire. Sa vision lui permet de repérer facilement sa nourriture. Son activité est aussi bien diurne que nocturne et varie en fonction de la saison.  
En hiver, la truite Fario diminue ses dépenses énergétiques pour se nourrir et va jusqu’à ne plus s’alimenter pendnat de longues semaines. Elle compensera ce jeûne le printemps suivant avec une forte activité entre avril et juin. Une autre période de forte activité est à remarquer entre septembre et octobre. Mais celles-ci est le prélude à sa période de reproduction qui demande une importante énergie.
La maturité sexuelle de la truite Fario est généralement atteinte à 3 ans. La ponte hivernale intervient dans des eaux froides, idéalement à 6°C. Elle intervient sur une frayère qui a des caractéristiques trés pécifiques. Il faut tout à la fois du courant, une faible hauteur d’eau et une granulométrie du substrat qui convienne.  
Aprés le creusement d’une cuvette de quelques 10 cm de profondeur, la Fario y déposera ses oeufs que le mâle viendra aussitot féconder. La fécondation dure environ 40 jours dans une eau à 10°C. La croissance de la truite de rivière dépend de son environnement (température, nourriture). Elle est relativement lente dans les torrents que dans les lacs.

 Pêche


Le jour d’ouverture venu, de nombreux pêcheurs se retrouvent sur les bords des cours d’eaux de 1ere catégorie. Ce grand rendez-vous est le moment de retrouver le plaisir de la pêche, et l’éternel défi de capturer quelques truites.
La pêche au toc est sans doute la technique préférée des amateurs. Ils vont ainsi repérer et jaugerr les postes sur lesquels ils reviendrons très vite, tout en espérant un succès immédiat en ce jour mémorable de début de saison.
Mais quel esche utiliser ? La teigne reste la star des esches. Cette larve qui peut être utilisée aussi bien en rivière qu’en ruisseau, reste très appréciée par la truite et ce tout au long de la saison de pêche.
L’eau étant encore froide au moment de l’ouverture, la truite est encore peu active et se mérite. Souvent callée sur des positions calmes, il ne faut pas s’attendre à la trouver en plein courant. Opportuniste et encore peu disposé à dépenser trop d’énergie pour se nourrir, ce poisson attrapera ce qui passe naturellement devant lui,
Le bas de ligne en 12 ou 10/100ème, suivant qu’il y a plus ou moins d’eau, sera équipé d’une plombée légère. Tout est dans la finesse. En commencant avec un n° 6, suivi de 2 plombs n° 7, terminez côté hameçon par un n° 8. Ce dernier plomb ne doit pas être trop serré afin de vous permettre de le remonter ou de le descendre vers l’hameçon. Cela peut vous aider à mieux présenter la teigne qui armera votre hameçon n° 12 ou 14.
Laisser dériver lentement l’appât vers un poste calme. Une discrète retenue du fil donnera juste ce qu’il faut d’animation pour éventuellement attirer l’attention d’une truite prête à mordre.
Mais attention, le ferrage sera un moment crucial. Immédiat et ferme, il peut aider à prendre une curieuse timide et dans tous les cas à ne pas laisser le poisson engamer trop profondément.
Si vous voulez épargner la truite, et ce qu’elle fasse ou pas la maille, ne pas lui massacrer la bouche est essentiel. Et qui plus est, comment ne pas éprouver plus de plaisir encore en pratiquant une pêche propre !?! Aussi n’hésitez pas à employer des hameçon sans ardillons.



La TRUITE
1 novembre, 2010, 10:29
Classé dans : POPULATION des rivieres

La TRUITE

Famille :Salmonidés

Nom latin :Salmo trutta

Autres noms :Truite Fario, truite commune, tuite brune, truche, trouette, troucia, trouché, mouchetée

Taille : 30 à 60 cm – maximum 1m
Poids : 0.5 à 2 kg – maximum 12 kg
Sa longévité peut atteindre une quinzaine d’années.

Aspect : La truite, poisson taillé pour la nage rapide (12 km/h), est un carnassier des eaux froides. Son corp est musclé, bien adapté à la vie en eau courante. La coloration de la truite est variable suivant la situation de son habitat. Le corps est élancé et fusiforme, au pédoncule caudal assez épais, recouvert d’écailles très petites. La nageoire dorsale est réduite; présence d’une seconde dorsale adipeuse; bord postérieur de la caudale rectiligne. La coloration est très variable, jaune, gris anthracite, brune ou gris clair; présence constante de gros points noirs sur les opercules et, selon les souches, de points rouges, simples ou auréolés. Le dos de la truite commune est sombre et les flancs clairs.
La truite arc-en-ciel possède une bande colorée en rose-rouge qui traverse le corps de la tête à la queue.
La chair des truites de lac est naturellement teintée en rose du fait de la consommation en majeure partie de crustacés planctoniques.On la trouve dans les grands lacs comme le Léman où, suivant la profondeur, sa robe sera plus ou moins argentée.

Habitat : On la trouve aussi bien en plaine qu’en montagne, en rivière, lac et étang. Elle ne peut vivre qu’a des température inférieure à 18 °. La truite ne supporte que des eaux relativement pures, froides et oxygénées.

Mode de vie : La truite est un poisson, en général solitaire, qui défend âprement son territoire. Son territoire est en rapport avec la taille. Plus une truite est grosse plus son territoire est important. Les grosses truites ont un poste qu’elles n’abandonnent que pour se nourrir. Les truites plus petites se trouvent à des postes plus petits et ne prennent position sur le repère des grosses truites que si celles-ci en disparaissent (mort de la truite ou prise par un pêcheur). Les truites farios ont un sens aiguë de la hiérarchie. La plus grosse occupera le meilleur poste. Les autres truites, par taille dégressive, vont occuper le reste de l’endroit. Si vous piquez une belle truite à une place vous pouvez être sûr qu’une autre de ces farios ne tardera pas à la remplacer… notez bien les endroits des captures et revenez-y quelques jours après.

Reproduction : La truite fario est mature dès l’âge de 1 à 2 ans. La truite se reproduit en hivers, d’octobre à janvier (eau entre 5° et 10 °). Les géniteurs effectuent de courtes migrations de manière à trouver un site favorable (frayère). La femelle va aménager une dépression dans les graviers et y pondre ses oeufs qu’elle recouvrira grossièrement. Les alevins naîtront au bout de plusieurs semaines (8 à 10) et à leur tour, migreront vers l’aval de la rivière où ils établiront chacun leur territoire.
Nourriture :La truite est omnivore. Elle se nourrie aussi bien de petits invertébrés (crustacés, vers, larves etc.) que de petits poissons (vairons, goujons, et même de truitelles) ,d’algues ou de fruits voir de graines , ainsi que d’insectes (mouche, éphémère etc.). Les grosses truites mangent de grandes quantités d’alevins. Les jeunes poissons se nourrissent d’invertébrés et les adultes rajoutent à ce régime la consommation de poissons de petite taille.

Cuisine : chair fine. Préparée au bleu, meunière, à la crème …
La truite est un poisson de grande qualité diététique. Fumée entière ou en filets, poêlée, en papillote, farcie ou au grill, en délicieux tartares …

Intérêt :Poisson très recherché par les pêcheurs de loisirs.


creaminigege |
Black Angel |
le petit baigneur du salagou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vivre et naviguer sur une p...
| RandoWF randonnées wallonie...
| isabelle91