Bienvenus carpistes

L’ anguille
29 octobre, 2010, 21:55
Classé dans : POPULATION des rivieres

L' anguille

L’ anguille, carnassier nocturne, est certainement l’ hôte-poisson le plus représentatif du Marais; ayant vraisemblablement figuré aux menus de nos plus lointains ancêtres, elle tendrait toutefois de nos jours à se raréfier…

                                        ______________________________

   L’ anguille fait partie des poissons migrateurs et présente un cycle de vie bien particulier:
elle naît au niveau de la Mer des Sargasses au nord des Antilles, endroit où l’ on a capturé ses larves les plus petites: des préleptocéphales mesurant de 5 à 7 mm;les larves se dissémineront alors au gré des courants et ne survivront que celles qui emprunteront le Gulf Stream traversant l’ Atlantique en direction de l’ Europe: grandissant lors de ce périple, devenant des leptocéphales, elles mesureront à peu près 50mm en vue de nos côtes.

Dans cette portion de mer côtière, elles se métamorphoseront en civelles, alevin transparent de 6 à 7 cm et chercheront à coloniser les eaux saumâtres des estuaires et rivières pour remonter le cours de ces eaux douces et s’ y développer.

A ce stade de civelle, l’ alevin peut nager et se déplacer: le poisson cherche donc à gagner le cours des eaux douces; arrivé à destination il grandit en prenant son apparence foncée au ventre jaune: c’ est la période de l’ anguille jaune ;

le Marais lui offre une place de choix, avec sa multitude de canaux, ses zones sauvages, et une végétation aquatique lui permettant de se cacher: cette toute petite anguille mesurant une quinzaine de cm a été capturée lors du dégagement d’ une conche de son fouillis de plantes, et bien sûr relachée…

La croissance dure de 12 à 15 ans, le poisson atteignant alors sa taille d’ adulte: jusqu’ à 1m pour les femelles, et 50cm pour les mâles;

arrivé en ses dernières années, le ventre du poisson prendra une coloration argentée: ce sera le stade de l’ anguille argentée:
arrivant en âge de reproduction, elle subira alors une série de transformations biologiques, qui l’ inciteront à redescendre les cours d’ eau en direction de l’ océan:

se laissant porter par les courants, l’ anguille reprendra sa longue traversée maritime la ramenant sur les lieux de sa naissance: la mer des Sargasses pour y boucler son cycle de vie, s’ y reproduire et y mourir…

L' anguille dans POPULATION des rivieres 006 L’ homme a toujours eu besoin de se nourrir: que ce soit par nécessité ou par gourmandise, l’ anguille représente un mets de choix.

004 dans POPULATION des rivieres pêche à la fourche: méthode ancienne, se pratiquant plutôt le jour: à l’ aide de cet outil, l’ on piquait à l’ aveugle le fond de la vase, cette méthode est actuellement interdite.

004 pêche au fagot: un fagot de bois était déposé au fond de l’ eau: les anguilles s’ y réfugiaient naturellement sans appâts.

004 pêche à la vermée: technique de pêche maraîchine encore très largement pratiquée: l’ on enfile des vers en collier sur un long fil pour former une véritable pelote « de vers », il n’ y a pas d’ hameçon: quand le pêcheur lève sa ligne, l’ anguille qui a mordu à l’ appât peut se décrocher à tout instant… penser à placer au-dessous un objet les recevant, parapluie ou autres.

004 pêche à la bosselle: absolument typique du Marais

cette bosselle tressée en osier, est très astucieusement fabriquée: l’ entrée à droite permet à l’ anguille de se faufiler vers sa proie d’ abord dans le premier sas puis dans le second: il lui est absolument impossible de faire machine arrière et de s’ enfuir;

le bouchon à gauche fermant l’ engin est en général percé de petits trous: leur calibre permet alors aux petites anguilles que le pêcheur ne souhaite pas garder, de recouvrer la liberté.

Les poissons migrateurs dont l’ anguille, passent donc une partie de leur existence en mer, et une autre en eau douce: il faut bien qu’ ils puissent remonter et descendre les cours d’ eau, mais les barrages établis leur sont des obstacles quasi infranchissables…

L’ on a donc réfléchi et installé des passes à poissons sur les barrages qui, sans entraver le fonctionnement hydraulique de ces installations, permettent aux migrateurs de les franchir.

En ce qui concerne les anguilles, et particulièrement ces minuscules civelles qui ne sautent pas, les passes sont constituées d’ une rampe humide garnie d’ une sorte de tapis-brosse leur permettant de se faufiler entre les poils et de remonter.

Déjà 19 barrages dans le Marais sont équipés de 24 passes à civelles, et cela continue.

006 Une seconde raison et pas des moindres qui contribue fortement à la raréfaction de l’ espèce: c’ est la pêche intensive et particulièrement des civelles pratiquée dans les estuaires:
malheureusement ces petits alevins très appréciés sur le plan gustatif dans certains pays ont une valeur marchande considérable: ce sont des centaines et des centaines de tonnes qui sont prélevées à un stade condamnant toute reproduction…

Espérons que raison et efforts entrepris et il le faudrait à l’ échelle européenne, contribueront à protéger l’ espèce…


Pas de commentaire
Laisser un commentaire



Laisser un commentaire

creaminigege |
Black Angel |
le petit baigneur du salagou |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | vivre et naviguer sur une p...
| RandoWF randonnées wallonie...
| isabelle91